Versailles – le Bassin d’Apollon – Chronologie

Versailles - le Bassin d'Apollon

 

La grandeur du Roi Soleil est illustrée dans les Jardins du château de Versailles par le mythe solaire d’Apollon. La fontaine du Bassin d’Apollon, située dans l’axe central du parc, juste devant le Grand Canal, en est un des éléments principaux.

Avec le Bassin d’Apollon débutent des articles plus ou moins longs qui illustreront les aménagements du Parc et des Jardins du Château de Versailles. Je vais un peu plus m’attarder dans ce premier « opus » sur l’histoire des aménagements juste pour commencer à mettre en place la chronologie. Ce sera plus simple et plus léger par la suite.

(Photos Septembre 2008 – Janvier 2014)

 

 

Du Rondeau au Bassin des Cygnes

En avril 1632 Louis XIII achète la seigneurie et les terres autour de son petit rendez-vous de chasse de Versailles et demande à son architecte Philippe le Roy de transformer le lieu en petit château. Claude Mollet et Hilaire Masson sont en charge des jardins.
A l’ouest est aménagée une terrasse devant le nouveau château prolongée des jardins. Au bout de l’allée centrale, en bas du vallonnement, est construit un vaste réservoir d’eau appelé le Rondeau, de forme circulaire. Il existe dès 1636. Il sert à recueillir les eaux drainées des zones marécageuses (le domaine étant situé sur un vaste marais) et celles du rû de Gally. Cet agencement restera quasiment inchangé jusqu’aux premiers travaux initiés par Louis XIV, la carte ci-dessous donne donc une idée des lieux (mise à part la forme du bassin).
Note : le nom de Rondeau semble plus récent, donné vers 1650. auparavant les paysans et habitants l’appelaient tout simplement « le canal ».

Versailles - le Bassin d'Apollon
extrait du  Plan manuscrit du domaine de Versailles et de ses environs (1662)
plan dit « Du Bus » du nom de l’archiviste qui le redécouvrit (source Gallica BNF )

 

Le jeune roi Louis XIV lance dès 1661 de nouveaux travaux à Versailles. Il fait appelle pour les jardins au paysagiste André Le Nôtre (créateur des jardins de Vaux-le-Vicomte). Dans le parc, près du Bassin du Rondeau, sont tracés un grand rond-point rayonnant et trois grandes allées, une vers le château l’Allée Royale du Tapis Vert, une vers Trianon, une vers la Ménagerie. Une grande pièce d’eau de forme rectangulaire quadrilobée est creusée, elle vient remplacée l’ancien Rondeau. C’est le Bassin des Cygnes, de part la présence de cygnes que Louis XIV y avait fait placés.

Il servira de cadre à une des journées des Plaisirs de l’Ile Enchantée en 1664. En effet pendant 7 jours, du 7 au 14 mai 1664 une fête est donnée dans les jardins, accueillant plus de 600 invités s’inspirant d’un poème narratif. Le 9 mai au soir, un ballet est ainsi donné sur une plate-forme aménagée au centre du bassin. Le spectacle se termine par un feu d’artifice et l’embrasement du décor représentant un palais.

 

Versailles - le Bassin d'Apollon
Plan du Bassin d’Apollon et tête du canal  (entre 1667 et 1679)   (source Gallica BNF )
la pièce d’eau rectangulaire quadrilobée

 

Le Grand Canal et le Bassin d’Apollon

En 1665, Le Nôtre équipe le bassin d’un jet d’eau. Le Grand Canal est creusé quelques années plus tard (1667-1679). Avant cette date le parc fermé par une grille s’arrêtait derrière le Bassin des Cygnes (revoir le plan « Du Bus » précédent).

Versailles - le Bassin d'Apollon
Fontaine d’Apollon a la tête du Grand Canal
estampe de Lud. de Chatillon – 1683  (source Gallica BNF )

 

Entre 1668 et 1671, le Char du Soleil, groupe sculpté en plomb doré, est réalisé par Jean-Baptiste Tuby  d’après un dessin de Le Brun. L’ensemble est d’abord fabriqué aux Gobelins avant d’être installé dans le jardin en 1670. Il devient ainsi un point de convergence et marque la transition entre le Petit Jardin (celui des bosquets et des fontaines … ) et le Gand Canal.

Versailles - le Bassin d'Apollon
Vues des cascades de Versailles et d’une partie du château  (avant 1677)
dessin à la plume de Gabriel Perelle (1603-1677)   (source : Gallica BNF)
au premier plan le Bassin d’Apollon, derrière le Tapis Vert

 

Versailles - le Bassin d'Apollon
Vue du Bassin d’Apollon et du Grand Canal à Versailles (1680) par Nicolas Perelle

 

Le Char d’Apollon

Le char d’Apollon émerge de l’eau, tiré par quatre chevaux. A ses pieds on trouve pour les uns Phaéton, pour d’autres la représentation d’un Amour. Autour dans le bassin nagent des tritons et des monstres marins (baleines ou poissons …).

note : Phaéton était le fils d’Hélios, dieu du soleil. Il est mort foudroyé pour avoir perdu le contrôle du char solaire de son père et ayant ainsi manqué de peu embrasé le monde. On le trouve notamment dans les Métamorphoses d’Ovide.

C’est le triomphe du dieu solaire, fier, quittant l’onde pour s’élever, prêt à effectuer sa course quotidienne au-dessus du monde.

Versailles - le Bassin d'Apollon
Bassin d’Apollon     (janv.2014)

 

Dans l’univers recomposé par le caprice de Louis XIV dans ses jardins, le groupe d’Apollon et son char représente le lever du soleil (bien que placé à l’ouest). Il est complété par les groupes d’Apollon servi par les nymphes (Apollon sous les traits de Louis XIV représenté au repos dans la Grotte de Thétys, accompagné par les Chevaux du Soleil) et par le Bassin de Latone (qui conte un épisode de l’enfance d’Apollon protégé par sa mère Latone). Deux Chevaux Marins chevauchés par des Amours, aussi réalisés par Tuby, placés au départ du Grand Canal complétaient l’ensemble. Ces derniers furent détruits à la fin du XVIIIe siècle.

dessin d’un amour monté sur un cheval marin –
Le Brun , vers 1674   (  © RMN )

 

Sources
Site Officiel du Château de Versailles
Structuae
fichier pédagogique en PDF du site du Château de Versailles
Versailles : Histoire, Dictionnaire et Anthologie publié par M. Da Vinha et R.Masson (sur Google Livre)
Les Jardins de Versailles et du Trianon par Pierre de Nolhac (partiellement accessible sur Google Livres) ed.1913
Jardins et Jardiniers de Versailles au Grand Siècle de D.Guarrigue  ed.2001 (sur Google Livres)

 

 

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

MENU
Entre Patrimoine et Nature