Les Phoques de la Pointe du Hourdel

Aujourd’hui découverte de la plus grande colonie de veaux-marin en France.

Le Hourdel est un petit port situé au nord de la commune de Cayeux-sur-Mer. Il est notamment connu pour sa Pointe du Hourdel qui constitue le « poulier » de la Baie de Somme, c’est-à-dire l’extrémité formée par les galets refermant la baie par le sud. Elle est aussi inclus dans la Réserve Naturelle de la Baie de Somme.

 

Où voir la colonie de phoques au Hourdel et Chenal de la Somme

La réputation de la pointe du Hourdel de nos jours lui vient de sa colonie de phoques gris mais surtout de veaux marins. C’est en effet le plus important site de reproduction et de stationnement en France pour ces derniers.

Pour les voir il faut se rendre au petit port du Hourdel. On y arrive sans problème par la route (parking payant en ville, un autre un peu plus loin sur la « route blanche » au-dessus des carrières ). De là on rejoint la plage du Hourdel. Au niveau du blockhaus, vous pourrez sans doute commencer déjà à voir quelques phoques.

 

Plage du Hourdel - le Blockhaus
Plage du Hourdel – le Blockhaus
Plage du Hourdel
Plage du Hourdel – Chenal de la Somme – entre bancs de sable et galets

 

La majorité de la colonie se prélasse un peu plus loin sur les bancs de sable d’un des chenaux de marée de la Baie de Somme. Nous nous trouvons en effet à cet endroit dans l’estuaire de la Somme, lequel estuaire est de plus en plus envahi de sable.

 

pointe du Hourdel
Credit Google Maps – Images ©2019 Data SIO, NOAA, U.S.Navy, NGA, GEBCO, Google, Images ©2019 TerraMetrics, Données cartographiques ©2019

 

Pour vous donner une idée afin de vous repérer, sur la carte ci-dessus : le port du Hourdel en point rouge, au-dessus en vert pâle le chenal de la Somme vers la mer qui se trouve elle plus à gauche, et le reste ce ne sont que des bancs de sable, qui se couvrent et se découvrent en fonction des marées.

Et quand on dit que l’estuaire est ensablé …

 

Baie de Somme
Credit Google Maps – Images ©2019 Data SIO, NOAA, U.S.Navy, NGA, GEBCO, Google, Images ©2019 TerraMetrics, Données cartographiques ©2019

 

Dans ce chenal on peut voir les plus jeunes phoques jouer en mode « lancer de torpilles » à une vitesse assez incroyable (ou alors ils se nourrissent, je ne suis pas spécialiste … ) et qui contraste avec leur déplacement incertain sur terre.

N’oubliez surtout pas vos jumelles !!!   (oui oui il faut bien cette taille de caractère, c’est un impératif ). Nous avions oublié les nôtres, heureusement le gîte nous en a prêtées.

Lors de notre ballade, il y avait un bénévole de l’association locale d’étude et de protection de l’environnement qui donnait des explications. Il était même possible d’utiliser sa longue vue. 

 

ATTENTION !!!

Les phoques sont en général présents 3 heures avant et jusqu’à 3 heures après les heures de marées basses  MAIS ne vous aventurez pas dans la baie elle-même sans guide, et pensez à remonter sur la terre ferme au moins 3h30 AVANT la marée haute, la mer remonte très vite et les bancs sont traîtres.

 

Chenal de la Somme - Plage du Hourdel
Le Chenal de la Somme au niveau de la colonie de phoques. A ce niveau vous pouvez surveiller l’évolution de la marée.

 

Réapparition des Phoques en France – Petit historique et Réglementations

Comme beaucoup je pensais que pour voir des mammifères marins, à part quelques dauphins, il fallait aller dans les pays du nord de l’Europe … des phoques en France, non ! …. et pourtant …

C’est vrai que pour ma génération, l’animal avait disparu du littoral. Dans les années 60, il avait été tellement chassé qu’on ne le voyait plus. Ceux de mon âge se souviennent des images insoutenables de la chasse aux phoques, de ces bébés tués pour leur fourrure et des actions des militants en faveur de son interdiction (avec comme « égérie » Brigitte Bardot – c’est elle qui en France permettra le vote de l’interdiction du commerce des peaux de bébés phoques, on l’a déjà oublié …). 

* Les Réglementations 

De nos jours de nombreuses réglementations internationales limitent les quotas et l’âge des animaux tués mais la chasse aux phoques (autre que la chasse « traditionnelle » de certains peuples comme les Inuits) existe toujours, au Canada, au Groenland et en Namibie notamment !  Je vous invite à lire cet article pour en comprendre les contradictions et les « enjeux » : Les canadiens continuent de chasser le phoque.

Beaucoup de pays ont aussi interdit sur leur territoire le commerce des fourrures ou des produits dérivés. Les Etats-Unis par exemple interdise le commerce de fourrures canadiennes depuis 1972. Pour la CEE ce n’est que depuis 1983 avec un durcissement à tous les produits dérivés depuis 2009.

En France un arrêté de 1961 par le Ministère de la Marine Marchande avait permis la protection des populations de phoques sur les côtes françaises en interdisant la chasse ou l’abattage (notamment à l’époque par les pêcheurs lorsque les animaux étaient pris dans leurs filets, ou parce qu’ils estimaient, à tord, qu’ils mangeaient trop de poissons ! ).

La France a signé beaucoup d’autres traités concernant la protection des phoques au niveau international. Notamment la Convention de Berne et la directive Habitats pour ce qui concerne directement son territoire.

Depuis 1979 la Convention de Berne a pour but d’assurer la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe par une coopération entre les États : « La faune et la flore sauvages constituent un patrimoine naturel d’intérêt majeur qui doit être préservé et transmis aux générations futures« .

Depuis 1992 la directive Habitats concerne la conservation des habitats naturels ainsi que des espèces de la faune et de la flore sauvages en Europe. Elle s’appuie pour cela sur un réseau cohérent de sites écologiques protégés, le réseau Natura 2000. En France le réseau couvre presque 13% du territoire en 2018 et permet une analyse et la gestion des milieux en accord avec les différents partenaires. Les estuaires et le littoral picards sont ainsi concernés.

En 1994 est créée la réserve nationale de la baie de Somme.

En 2012 est créé le Parc Naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, alliant connaissance et protection du milieu marin et développement durable des activités maritimes en dépendant. 

Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel

* Evolution des populations de Phoques en France

La colonie de la Baie de Somme comptait plusieurs centaines de veaux-marins au début du XIXe siècle, avec une reproduction régulière. La chasse intensive et la modification des chenaux au bord desquels les animaux avaient leurs reposoirs ont conduit à l’arrêt de toute reproduction à partir de 1930 et à la disparition des derniers animaux en 1960. Une petite recolonisation avait été constatée à la fin des années 70 mais une épidémie les a décimés en 1982.

À partir de 1992, la reprise d’une reproduction régulière a été constatée. Les colonies de veaux-marins comptaient quelques dizaines d’individus au début des années 2000, ils sont maintenant quelques centaines en période estivale, principalement en Picardie et Haute-Normandie. Ils sont notamment plus nombreux en Baie de Somme en période de reproduction. on a compté jusqu’à 370 individus avec des naissances en augmentation constante.

Le veau marin préfère les estuaires et apprécie les bancs de sable. On lui trouve donc trois zones de reproductions en France : la baie de Somme, la baie du Mont-Saint-Michel la baie de Veys. On les pense issus de colonies de la Mer du Nord, peut-être de Belgique ou de Hollande.

Même constat pour les phoques gris dont il ne restait qu’une vingtaine d’individus sur l’archipel de Molène dans les années 60, leur nombre ne cesse d’augmenter, cette fois en provenance des îles britanniques. Les phoques gris préférant les zones rocheuses on les retrouve donc jusqu’en Bretagne, notamment dans l’archipel de Molène et celui des Sept-Iles.

Par contre le phoque moine que l’on pouvait encore voir en Corse au début du XXe siècle a totalement disparu (restent quelques individus en Grèce et Turquie et au Maroc) à cause de la pêche intensive qui a réduit sa nourriture et de la pression touristique sur son habitat. 

 

Phoques
En haut des Phoques Gris – en bas des Veaux-Marins (ou phoques communs) © Wikipedia commons / 1 ©Steenbergs [CC BY 2.0] / 2 ©Soluvo [CC BY-SA 4.0] / 3 ©Marcel Burkhard [CC BY 2.0] / 4 ©Andreas Trepte [CC BY-SA 2.5]

Comment les différencier ?

Le veau-marin a une fourrure allant du gris clair au brun foncé voire noire, avec des petites tâches et une tête assez ronde (il me fait craquer !). Il mesure en moyenne 1m60. Le phoque gris est généralement plus grand, en moyenne 2m (bon çà dépend de son âge donc pas évident), avec une fourrure dans les nuances de gris (logique!), gris foncé parsemé de tâches claires plus grosses pour les mâles, gris ardoise et tâches foncées pour les femelles, et un museau plus allongé.

 

Contemplation Photographique 

Je vous ai suffisamment assommés avec mes données, maintenant place à la contemplation …

 

Imaginez-vous avec seulement le bruit du vent … C’était vraiment le seul son ! …

Avec pour horizon pour votre regard, le bleu du ciel, les bancs de sable et la marée remontant tranquillement le chenal …

Respirez à pleins poumons … et admirez !

 

la Plage du Hourdel
la Plage du Hourdel – Tout au fond on aperçoit Le Crotoy de l’autre côté de la Baie de Somme … et ce blockhaus sur la plage, souvenir d’une époque …
Plage du Hourdel
On aperçoit les premiers phoques sur le banc de sable en face du blockhaus … Quoi ? Vous ne les voyez pas ? … Mais si, les tout petits points noirs au milieu ! 😛 Je vous avez dit de prendre vos jumelles !
Pointe du Hourdel
Allez je vous les montre … du moins j’essaie 🙂 … Personnellement, je suis au max de mon zoom photo !

Pointe du Hourdel

 

 

Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel
On continue le long du chenal …. là-bas sur le banc de sable l’autre colonie de veaux-marins. Ceux-ci sont plus nombreux et mieux visibles aussi.
Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel
On se rapproche, captivés par ces mammifères si paisibles … La colonie de la Pointe du Hourdel en plein repos … On a le sentiment d’être nous les intrus dans cette nature magnifique.
Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel
Et non ils ne sont pas tout prêts ! … N’oubliez pas vos jumelles !!!
Pointe du Hourdel
Eh ! Tu veux ma photo ? … Attends je te présente mon plus beau profil !!! 🙂

Pointe du Hourdel
Photographe ou pas …. nous on recharge les batteries !! repos bien mérité !
Pointe du Hourdel
Au fond tout un banc d’oiseaux se repose aussi .. des mouettes peut-être.
Pointe du Hourdel
Bon .. il va peut-être falloir commencer à se bouger … et hop, je me laisse glisser …
Pointe du Hourdel
Etirements …. le dos les nageoires le cou … petite toilette …
Pointe du Hourdel
Eh ! Mais c’est que la marée commence à monter !!!!
Pointe du Hourdel
Et pendant ce temps maître Cormoran part à la pêche … attrapant son poisson, il le ramene sur le sable pour le manger sous l’œil attentif et intéressé d’un phoque qui n’en verra pas la couleur …
Pointe du Hourdel
Pour après se mettre en position « sèche-plumes » écologique, laissant faire le vent … bec à droite, bec à gauche … pour repartir dans l’eau concurrencer de jeunes phoques 5 minutes après !
Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel
A un moment je me suis demandée si nous n’étions pas nous les humains les curiosités dans cette histoire, un peu comme le troupeau qui broute regarde passer les touristes !!! Hehe ! … Mais j’avoue que malgré le monde, le silence était presque total … Pour une fois un profond respect face à ces mammifères si impassibles et imposants et qui pourtant pourraient décider d’abandonner le banc de sable si quelque chose les effrayait.
Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel
Il est temps de repartir … Nous nous éloignons à regret … L’air de rien nous avons passé plus d’une heure assis sur la berge à les admirer, les uns se prélassant, les autres jouant ou pêchant dans l’eau … Nous en avons surpris remontant le chenal comme des torpilles, leurs petites têtes émergeant de ci de là … nous amusant à chercher où ils allaient réapparaître après leur plongée … Même le cormoran se sera fait admirer.
Chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel
Par endroit, les bancs de sable apparaissant à l’aller sont déjà recouverts par la marée montante.

 

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura appris quelques nouveaux petits détails.

Je vous recommande vraiment cette sortie nature.

 

 

Sources :

 

 

 

Laisser un commentaire