Cathédrale de BAYEUX – l’intérieur 1/2

La cathédrale de Bayeux, consacrée en 1077 et restaurée entre les XIIe et XIIIe siècles, est l’un des chefs d’oeuvre de l’architecture normande, mélant roman et gothique. Elle est classée aux Monuments Historiques depuis 1862.

Cathédrale de Bayeux
— suite de notre visite
après l’Extérieur dans l’article précédent, rentrons à l’intérieur —
Sa disposition intérieure est conforme au plan classique des grandes églises du Moyen Age : une croix latine orientée vers l’est, célébrant la mort et la résurrection du Christ.
Elle comprend un petit nartex sous l’orgue, une nef et un choeur bordés de bas-côtés et d’un déambulatoire qui accueillent 22 chapelles.

——– la NEF ——–

La nef est composée de 6 travées, auxquelles s’ajoutent 2 travées situées entre les tours occidentales qui accueillent le buffet d’orgue.
Cathédrale de Bayeux
Piliers de la Nef
Le 1er niveau est de style roman (XIIe), composé de piliers quadrangulaires accolés de demi-colonnes qui supportent des arcades en plein cintre. Les chapiteaux de ces piliers ont été sculptés plus tardivement, dans un style gothique premier.
Le reste de la décoration est ciselée dans la pierre calcaire dans un style typiquement normand, datant de la reconstruction de la seconde cathédrale romane, après 1105.
Les arcades sont ornées d’archivoltes dans la partie supérieure, composées de billettes, de chevrons brisés ou de feuillages avec parfois des masques fantastiques.
Note : Une billette est un alignement de petits cylindres sculptés dans la pierre.
Dans le livre « Les Cathédrales de France », on parle de statuettes placées dans des niches à sommet triangulaire entre les arcades au-dessus des piliers. S’il pourrait effectivement y en avoir la place, je n’en trouve mention nulle part ailleurs …..
L’intervalle entre les arcades est entièrement rempli « en tapis continu » et sculpté de dessins élégants et que je trouve « légers » visuellement : des nattes, écailles, fleurons et autres …. avec au centre des écoinçons des bas-reliefs entourés d’un petit arc en forme de mitre représentant animaux ou personnages.
Cathédrale de Bayeux
décors romans de la nef côté sud
Ces décors peuvent être mis en parallèle avec des motifs de la même époque au sud de l’Angleterre. On pense qu’ils datent de la période d’Henri 1er dit Beauclerc, le plus jeune fils de Guillaume le Conquérant, qui succède à son frère ainé sur le trône d’Angleterre en 1100 avant de s’emparer de la Normandie au détriment de son autre frère Robert en 1106. C’est en effet Henri 1er qui ordonna la reconstruction de la seconde église romane après l’incendie de 1105, donc logiquement après la prise du duché normand en 1106, travaux qui se poursuivirent sous l’évêque Philippe d’Harcourt (1142-1163). Le modèle des décors aurait été rapporté à la suite d’Henri selon les modèles anglais : les motifs géométriques des « tapis » entre les arcades notamment se retrouvent dans les églises normandes de l’époque.

On se pose plus de questions sur l’inspiration des bas-reliefs. Le lion appartient au bestiaire roman, les évêques bénissant sont aussi logiques. Mais le dragon, le griffon et le singe peuvent être rapprochés d’influence plus nordiques voire plus exotiques par les contacts des anglo-normands avec les scandinaves ou les mondes orientaux ou par les pélerinages et croisades …

Au nord on trouve des écoinçons du XIIe : un montreur de singe, un évêque bénissant, un lion rampant survolé par une chimère, un second évêque bénissant et une vierge à l’enfant qui est elle plus récente (XIXe)

 
le montreur de singe
    
la Vierge à l’Enfant


l’évêque bénissant

 

Sur le côté sud, on trouve un lion rampant surmonté d’un griffon sous lequel une figurine représente un homme et une femme enlacés, surnommés les « amoureux de Bayeux ». On a aussi des monstres entremêlés, un homme tenant sa longue barbe, un autre monstre .. L’écoinçon du XIXe représente lui une scène de la tapisserie de Bayeux, le serment d’Harold.

 
le lion rampant et le griffon


les « amoureux » de Bayeux

 

 
les monstres entremêlés

 

le serment d’Harold (tapisserie de Bayeux)

 

Nef  et Voûte de la cathédrale de Bayeux
La voûte est en ogive quadripartite, dont les faisceaux s’achèvent au niveau de la galerie gothique, avec à chaque fois un des faisceaux terminé par des masques grotesques (voir  photo ci-dessous et première photo de l’article).
Cathédrale de Bayeux – la Nef
Frise de séparation à quatre feuille entre les niveaux roman et gothique
masque grotesque sous une des colonnes de support de la voûte

 

Le 2° niveau de la nef est gothique et date du milieu de XIII° siècle. Il vient remplacer avec les fenêtres un précédent triforium. Il est séparé du niveau roman par une frise de quatre feuilles.

A la base de cet étage gothique, on trouve une balustrade formée d’arcs trilobés. Il est ensuite occupé par de hautes fenêtres rayonnantes, divisées en 2 lancettes dont les arcs geminés reposent sur une fine colonne centrale. Celles-ci apportent beaucoup de lumière à la nef, elles ne sont pas décorées de vitraux.

Nef de la Cathédrale de Bayeux
la partie basse romane et son décor
la partie haute gothique avec sa balustrade et ses hautes fenêtres
Les bas-côtés accueillent de nombreuses chapelles dont je n’ai pas pris de photo ( à l’époque je ne flashais pas à tout va … ) il faudra donc vous reporter aux articles cités en référence dans le dernier article sur la cathédrale.
Mon oeil a cependant été attiré par cette peinture murale dans la Chapelle de Saint-Martin-aux-Vicaires, représentant des anges et datée du début du XVe s.
Chapelle Saint-Martin-aux-Vicaires
peintures murales – des anges





——– le TRANSEPT ——–

 

Le transept est lui aussi divisé en 2 niveaux. Dans le bas des arcatures aveugles ont été ajoutées dans la seconde moitié du XIIIe, puis il y a une balustrade avec des arcs en tiers points et de grandes fenêtres rayonnantes, décorées de trilobes, quadrilobes et la rosace.
Cathédrale de Bayeux
Transept sud donnant sur le Portail du Doyen
Au premier plan sur la photo ci-dessus, les 4 piliers de la croisée ont été remplacés en 1857-1858 lors des travaux sur la tour gothique par l’ingénieur Flachat. Sous leur habillage gothique, ont été retrouvés des colonnes et des chapitaux romans et historiés datés de 1060-1070 qui sont exposés dans la crypte.
Cathédrale de Bayeux
le portail Sud
les médaillons sont ornés de feuillages
Cathédrale de Bayeux
Transept Sud – vitrail et galerie ornée de statuettes

 

Le vitrail du Transept Sud a été réalisé par Nicolas Coffetier en 1873.
 Il représente des évêques et des Saints de Bayeux.
Cathédrale de Bayeux
Vitrail du Transept sud
Cathédrale de Bayeux
détail de la rosace du Transept Sud
Le vitrail du Transept Nord a été réalisé par Thevenot en 1848. Il représente des évêques de Bayeux. Pour le plaisir de ces noms passés de mode, on trouve de gauche à droite, leur nom étant indiqué à leur pied en latin, St Ragnebert, St Gerbeaud, St Frambold, St Geretrand, St Hugues, St Robert et St Sulpitius.
Cathédrale de Bayeux
Transept Nord – Vitrail et galerie
Cathédrale de Bayeux
détail du Vitrail du Transept Nord
Une des chapelles du Transept Sud attire particulièrement l’intérêt par son double autel.
Cette chapelle est dédiée à St Nicolas de Myre et à Saint Thomas Becket et contient leurs deux autels accolés surmontés de peintures.
Cathédrale de Bayeux
Transept Sud
Chapelle St Nicolas de Myre et St Thomas Beckett
A droite on trouve les scènes de la vie de Saint Nicolas (XVe), puis une Cruxifiction et le martye de Thomas Beckett (XIXe). A gauche on voit une Annonciation peinte au XIIIe et une Trinité restaurée au XIXe.
Cathédrale de Bayeux
Chapelle St Nicolas et St THomas Beckett
Vie de St Nicolas et Cruxifiction

 

Cathédrale de Bayeux
Chapelle St Nicolas et St THomas Beckett
la Trinité

 

La clé de voûte mérite qu’on lève son regard vers elle. A la croisée des transepts, du choeur et de la nef, il s’agit d’une peinture médiévale représentant des anges en prière.
Cathédrale de Bayeux
clé de voûte à la croisée des transepts, choeur et nef;
les Anges en Prière

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

MENU